L'isolation de l'habitat c'est le nerf de la guerre !

2 octobre 2017

Nous pouvons utiliser le système de chauffage le plus sophistiqué qu’il existe sur le marché mais moins la maison sera étanche et moins on fera d'économies d'énergie. La Maison Des Travaux Cherbourg vous propose différentes solutions pour isoler correctement votre maison avant la venue de l’hiver.

 

1. L’isolation pas les murs intérieurs

Si les Français restent encore très attachés à l'isolation par l’intérieure, qui représente plus de 90 % des travaux d'isolation, l'isolation par l'extérieur (ITE) grignote lentement mais sûrement ce marché. 

Par l'intérieur : une note moins salée... et des travaux à la carte

Il s'agit de traiter les murs, pièce par pièce. Le principal intérêt de l'opération réside dans son financement : les interventions et donc les paiements peuvent être répartis sur plusieurs mois. Mais c'est à peu près le seul avantage. Et les inconvénients sont nombreux. La perte de surface habitable d'abord, qui dépend de l'épaisseur de la couche isolante (qui a forcément une incidence sur les performances). Jusqu'à 7 % de la surface serait perdue avec une Isolation par l’intérieure, contre zéro pour l'ITE. Un inconvénient toutefois très relatif, si vous disposez d'une vieille et grande maison. À prendre en compte aussi : l'obligation d'intervenir sur le réseau électrique pour déplacer les prises de courant. Alors l’isolation par l’intérieure est-elle réellement moins chère ? Si l'on ajoute que cette technique ne dispense pas, un jour ou l'autre, de ravaler une façade, alors que l'ITE traite à la fois les problèmes d'isolation et de rénovation, la cause semble entendue. 

 

Par l'extérieur : des atouts multiples... et de meilleurs résultats

L'ITE ne manque pas d'avantages, des points de vue technique, esthétique et pratique. Elle crée une enveloppe autour du bâti et supprime de fait les ponts thermiques. Elle intègre en outre le traitement des points singuliers : balcons, tableaux de fenêtres, angles du bâti... Côté performances, le choix de l'isolant et son épaisseur font la différence. Autre qualité, l'ITE permet une bonne inertie thermique et offre un véritable confort toute l'année. En hiver, elle fait écran au froid et évite la sensation de paroi froide. En été, elle ralentit la pénétration de la chaleur dans l'habitat et participe donc à sa régulation. De plus, l'isolant extérieur évite aux murs les gros écarts de température. La structure bouge donc moins et les risques d'altération tels que les fissures sont limités. Dernier avantage non négligeable : lors d'un chantier d'ITE, les travaux peuvent s'effectuer sans trop de dérangements puisque les habitants peuvent rester dans le logement. 

 

Certains inconvénients cependant

Il faut bien un revers à la médaille : le coût, déterminé par la surface à isoler, la complexité de la façade, la nécessité d'un échafaudage, les travaux induits... C'est sûr : l'ITE est plus onéreuse que l'isolation par l’intérieure. Autre difficulté : avec une épaisseur supplémentaire sur la façade, l'effet "meurtrière" des petites fenêtres s'accentue. Si vous prévoyez de changer vos ouvertures, faites poser les nouvelles fenêtres au nu extérieur de la façade pour éviter ce désagrément. Enfin, le recours à l'ITE peut engendrer des problèmes de mitoyenneté : l'autorisation du voisin est indispensable dans le cas de maisons jumelles ou d'une maison collée au terrain voisin. Et l'accord de la municipalité est nécessaire dans le cas d'une maison de ville, puisque l'ITE dépassera sur le trottoir, donc sur la voirie. Ce qui explique que le recours à l'ITE n'est pas possible partout, notamment dans les zones protégées ou proches de monuments historiques. En tout état de cause, il vous faudra déposer une déclaration de travaux, voire un permis de construire, puisqu'il y a modification de l'aspect de la façade. 

2. La toiture

Peu ou pas isolée, une maison peut vite devenir une passoire thermique et un gouffre financier. Comment savoir si votre toit est énergivore ? Si vos combles ne sont pas aménagés et que vous pouvez y accéder, grimpez-y pour regarder l'état de la toiture. Si vous voyez les tuiles ou les ardoises, votre maison n'est pas isolée ; c'est le cas de la plupart des constructions antérieures aux années 1970.  

Le toit est isolé ?

Regardez de plus près. Si l'isolant est tassé, attaqué par les insectes ou les rongeurs, ou s'il comporte des traces d'humidité, ses performances sont amoindries. Il faut aussi savoir qu'un isolant posé en couche mince, comme cela se pratiquait dans les années 1980, ne protège pas bien du froid, même s'il est en bon état.
Aujourd'hui, pour un maximum d'efficacité, on pose des panneaux épais, souvent en double couche. Si vous avez des doutes, faites réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) et/ou une analyse thermographique par un diagnostiqueur certifié. Il vous aidera à mesurer précisément les déperditions énergétiques de votre toit et à déterminer la nature des travaux à effectuer. 

 

Vos combles sont perdus et difficiles d'accès ?

Avec une machine à souffler, vous pourrez faire projeter sur le plancher une épaisse couche d'isolant en flocons.

Vos combles sont perdus mais faciles d'accès ?

Faites installer sur le plancher un isolant souple en rouleau, en une ou deux couches selon la performance thermique recherchée. Avant de commencer l'opération, vérifiez que le plancher est assez solide pour supporter le poids de l'isolant. Ce plancher doit aussi être étanche à l'air. Si ce n'est pas le cas, recouvrez-le d'une membrane d'étanchéité avant de dérouler l'isolant. 

Vous souhaitez aménager vos combles ?

Si votre toiture est en bon état, le mieux est d'isoler les combles sous les rampants en deux couches afin d'obtenir une isolation en continu, plus performante. Le tout sera recouvert d'une membrane d'étanchéité à l'air avant de visser des plaques de plâtre. Cette double isolation permet, si la configuration de la charpente l'autorise, de laisser certaines poutres apparentes.  

 

Si votre couverture doit être rénovée

Pensez à l'isolation par l'extérieur. Vous obtiendrez une isolation en continu et réduirez au maximum les ponts thermiques. Plusieurs solutions existent. Elles nécessitent une dépose totale de la couverture (ardoises ou tuiles et liteaux). - Le sarking. On pose un lit continu d'isolant rigide (laine minérale, fibre de bois, panneaux de polystyrène ou de polyuréthane) sur une volige (mince planche de bois), entre la charpente et la couverture. L'opération est lourde puisqu'on surélève la toiture d'une vingtaine de centimètres. Il faut que la charpente soit apte à recevoir ce poids supplémentaire.

Pour toutes questions n’hésitez pas à me contacter au 06.48.94.34.35 ou pour toutes demandes de chiffrages cliquez ici.

 

 

Nos derniers conseils et infos

Classification énergétique

Isolation phonique ou thermique, les aides pour la rénovation énergétique

Sans aller jusqu’à obtenir une maison BBC, il est important de renforcer l'isolation...

LIRE LA SUITE
L'isolation du sol

Comment bien isoler le sol et le plafond de son habitation ?

Pour bien isoler un sol existant il faut prendre en compte plusieurs paramètres et se poser...

LIRE LA SUITE
S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER